Forum des étudiants en soins infirmiers

le premier forum des étudiants infirmiers de l'ifcs de Taza.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Rôle Infirmier Devant Un Traumatisé Du Crâne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

mimi1988

avatar
Modératrice
Modératrice
« Soigner un patient dans le coma, c’est maintenir ses fonctions vitales et ne pas aggraver son état cérébral



Les soins infirmiers relèvent du rôle propre de l’infirmier « ce sont des soins liés aux fonctions d’entretien et de continuité de la vie et destinés à compenser partiellement ou totalement un manque ou une diminution d’autonomie de la personne ».
Dès l’arrivée d’un patient comateux dans un service spécialisé, celui-ci est pris en charge immédiatement, visant à maintenir la vie et à prévenir toute complication.
Les fonctions prioritaires dans la prise en charge sont les fonctions respiratoires et cardio-vasculaires. Viennent ensuite les fonctions de nutrition et maintien de l’équilibre hydro-électrolytique, les fonctions locomotrices, de protection, d’élimination.
Après avoir répondu aux problèmes de l’urgence, l’infirmier devra déterminer d’une part les actions à mettre en oeuvre pour satisfaire l’ensemble des besoins fondamentaux, d’autre part les moyens nécessaires à l’évaluation de ces actions.
Un des rôles importants de l’infirmier avec le patient traumatisé crânien dans le coma, est de déceler le moindre changement de l’état neurologique du patient.
C’est grâce à cette observation, qu’elle pourra reconnaître un signe d’aggravation qui ne doit pas passer inaperçu, même si un signe d’amélioration a également son importance. En effet, la précocité du traitement limite le risque de séquelles.
L’infirmier aura une surveillance régulière et fréquente, afin d’évaluer les différents degrés de conscience.
Pour évaluer cet état de conscience, L’infirmier utilise l’échelle de GLASGOW.
Cette échelle permet de fournir des renseignements précis, pratiques et objectifs qui sont répertoriés sur la feuille de surveillance, de façon claire et précise.
Maintenir la vie, identifier et prévenir les complications, surveiller l’état neurologique font partie des principaux soins qui sont attribués au rôle infirmier chez le patient dans le coma.
L’infirmier doit également intervenir pour pallier à l’altération de différents besoins fondamentaux du malade :

Besoin de respirer,
L’atteinte des réflexes pharyngés et laryngés entraîne un risque d’encombrement :
- L’objectif de l’infirmier sera d’assurer une bonne ventilation et un état hémodynamique correct.
Besoin de boire et manger,
L’abolition de la conscience ne permet pas au patient d’exprimer ses besoins en nourriture et en eau:
- L’objectif sera alors d’assurer un état d’hydratation et nutritionnel satisfaisant.
Besoin d’éliminer,
La baisse de tonus musculaire entraîne l’abolition des sphincters vésicaux et anaux, d’où le risque d’incontinence urinaire et fécale :
- L’objectif sera de satisfaire son besoin d’éliminer, de prévenir les complications urinaires, infectieuses ou trophiques.


Besoin de se mouvoir,
Son état amène le patient à un arrêt de mouvement spontané :
- l’objectif sera de prévenir les complications de décubitus, c’est à dire escarres, nécroses musculaires, attitudes vicieuses et enfin les complications thromboemboliques.
Besoin d’être propre - protéger ses téguments,
Chez le comateux, le problème est la perte complète de l’autonomie:
- L’objectif sera donc de maintenir un état cutané satisfaisant, et éviter l’altération des téguments et phanères.
Besoin d’éviter les dangers,
Le patient dans le coma présente une baisse des défenses immunitaires et par la présence des différentes sondes et cathéters les risques infectieux sont multipliés :
- L’objectif sera de prévenir les complications iatrogènes liées aux soins infirmiers.
Besoin de maintenir sa température,
A certains stades de coma, il peut y avoir une atteinte du centre thermorégulateur
- L’objectif sera de maintenir la température dans la limite de la normale.
Besoin de communiquer,
Chez le patient comateux, il existe une abolition des fonctions de relation :
- L’objectif sera de communiquer avec le patient, sous une forme verbale ou non verbale. C’est au moment des soins techniques, et plus particulièrement pendant les soins nursing que la relation avec le patient prend toute sa dimension.

LA RELATION AVEC LE PATIENT DANS LE COMA

Le patient dans le coma est très dépendant de son entourage. Son impossibilité à communiquer est quelque chose d’angoissant pour lui et une régression de sa personne peut survenir.
C’est la raison pour laquelle le soignant doit avoir comme objectif durant les soins : « La relation »
Dans les services spécialisés comme la réanimation, la sophistication de la technique conduit l’infirmier à devenir une technicienne.
il l’est nécessairement dans l’urgence, mais au fur et à mesure que le degré d’urgence régresse, progressivement, des liens se créent avec le malade et une relation plus étroite peut alors s’établir, et s’amplifier au fil des jours. Une relation de qualité devient alors un moyen thérapeutique. Celui-ci peut contribuer à l’éveil du comateux, et constitue la première étape du processus de restructuration du système relationnel du patient dans le coma. Processus, qui doit aboutir à lui faire retrouver un état conscient.
Dans son approche relationnelle avec le patient, l’infirmier doit être attentive au moindre signe de reprise de la conscience, signe qui peut se traduire dans un premier temps par un mouvement de tête, des yeux, des lèvres, une mimique, une pression de la main, etc. De tels signes sont annonciateurs d’une communication qui peut s’établir.

1- La communication
Communiquer avec les patients comateux, c’est d’abord les respecter, les considérer, les sécuriser dans un moment de leur vie qui est traumatisant et angoissant.
L’établissement d’une relation de confiance à travers une communication de qualité doit s’appuyer sur ces principes de base.
Le support le plus approprié pour communiquer avec le patient est bien entendu le soin. En effet, compte tenu de l’état de dépendance totale auquel s’ajoute la multitude des soins et interventions techniques, l’infirmière est constamment présente près du malade. Cette dernière particularité lui permet à la fois de disposer de la présence nécessaire pour communiquer, mais aussi de pouvoir progressivement repérer quels sont les formes de communication les mieux adaptées au patient.

2- La communication verbale
La parole permet à l’infirmière de juger de l’état de conscience et de vigilance du patient, soit par des questions, soit par des ordres. En fonction des réponses obtenues, elle évalue le résultat comme un progrès, une stagnation ou une régression.
La parole peut également avoir un rôle stimulateur de l’éveil.
L’infirmière peut mettre à profit les longs moments de soin pour enrichir la relation en expliquant chaque geste du soin, en prévenant d’une douleur éventuelle, en rassurant pendant le déroulement d’une technique.
La parole de l’infirmière constitue pour le patient un lien, une passerelle avec le monde conscient.
Les mots prononcés représentent des messages d’aide, la marque de l’existence de l’être, une possibilité d’une prise de confiance.

3- La communication non verbale
Elle s’exprime sous la forme du toucher, c’est-à-dire le contact avec la peau.
La surface de celle-ci comporte un nombre important de récepteurs sensoriels réagissant à différentes sollicitations telles que le froid, la chaleur, la douleur, le contact.
Le toucher est un des sens les plus importants de notre corps, il est une relation nécessaire, le maillon qui relie le patient à son environnement et qui l’aide à lutter contre la solitude.
Les soins infirmiers mais aussi la surveillance sont des moments denses et répétés de contact physique avec les patients.
La toilette est un de ces moments privilégiés où l’on peut stimuler le corps en tous ces endroits. Dans les gestes les plus techniques, le toucher pourra être un geste qui apaise, calme, rassure, sécurise le patient.
Le geste associé à la parole permettent au patient dans le coma de reconstruire son image corporelle.

4- La relation avec le patient et la technique
La relation et la technique peuvent être considérées comme antagonistes dans les soins infirmiers.
Il serait sans doute plus conforme, et en tous les cas plus positif que les objectifs poursuivis soient différenciés, mais que le but à atteindre soit le même. Elles sont donc en quelque sorte complémentaires et doivent être associées. La technique apporte au patient le maintien des fonctions vitales, la prévention des complications, les conditions d’une amélioration de son état.
La relation permet le lien entre le patient et son environnement, condition indispensable pour faciliter ou maintenir l’éveil. Elle conditionne par ailleurs la restructuration du malade mais aussi la réinsertion sociale.

Voir le profil de l'utilisateur

6mo

avatar
Modérateur
Modérateur
un très grand merci pour le sujet c'est très interéssant wallah


_________________
6mo linfirmier
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ifcs2simo.skyblog.com

mimi1988

avatar
Modératrice
Modératrice
oui 6mo vous avez raison c'est un sujet trés important .c'est parmi les questions posées dans le concours de passage a l'échelle 10 cette année. Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven

Voir le profil de l'utilisateur

6mo

avatar
Modérateur
Modérateur
wé, plus la prise en charge des TC englobe l'ensembles l'ensembles des savoirs qu'on a appris y compris les soins de base, soins d'urgence, ss de réanimation, médecine et chirurgie...... c'est une occasion de faire une synthèse de ce qu'on a....et d'éxécuter les différent soins pratique et de surveillance....... merci encors Exclamation


_________________
6mo linfirmier
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ifcs2simo.skyblog.com

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum